ACCUEIL > Municipalité > Finances
Budget 2016 - Fonctionnement-Investissement

Sans trop entrer dans les chiffres qui ne signifient pas grand-chose sortis de leur contexte, disons que le conseil municipal a dû composer avec les éléments suivants :

        - Baisse des dotations de l’État,
       - Augmentation inévitable du budget avec les remboursements d’emprunts pour la construction de l’école élémentaire,
        - Maîtrise des dépenses par ailleurs,
        - Nécessité de continuer d’investir,
        - Contrainte de réaliser en 2016 des chantiers déjà subventionnés sous peine de perdre ces aides,

Considérant ces éléments, les taux d’imposition des impôts locaux seront relevés de 1 %.

Ces taux s’appliquent sur la base d’imposition déterminée par les services fiscaux de l’État, en fonction du bien immobilier, et connaît chaque année, une revalorisation forfaitaire nationale obligatoire fixée par la loi des finances.

Certains projets ne seront pas réalisés en 2016 et constituent des objectifs de mandat.

Le budget 2016 a été adopté pour les montants suivants : 

        - Recettes et dépenses fonctionnement : 1632569 €
        - Dépenses d'investissement.............. :  2637557 €

Ces deux montants comprennent notamment les opérations suivantes :

- Lot 4 de la construction de l’école non traité en 2015.
- Frais d’études pour les pluviales du Charnoy et de Montbrieux, pour la liaison douce bourg-gare et pour le pont de Coude.
- Réparation du mur du cimetière.
- Préemption d’une propriété jouxtant l’accueil de loisirs et les écoles.
- Amélioration de l’éclairage public (créations – modernisation – économie).
- Aménagement du parking de la Pommeraie.
- Déplacement du monument aux morts.
- Rénovation d’un lavoir et de deux puits.

Je veux souligner la détermination des conseillers municipaux et de notre Directrice Générale des Services à travailler ensemble autour d’objectifs communs. Les débats sont animés mais la qualité des échanges et du travail nous permet de cerner les priorités en fonction de tous les paramètres, dont ceux évoqués ci-dessus. La préservation de notre identité rurale et de notre qualité de vie, le développement économique et du service attendu par les administrés, au beau milieu de la rigueur et des contraintes budgétaires, complètent les données de l’équation à résoudre.

                                                                              Daniel NALIS

Les eaux usées, un produit de luxe

L’assainissement est une compétence de la Communauté de Communes de la Brie des Moulins (CCBM). Des quatre communes, Faremoutiers et Pommeuse sont gérées par le Syndicat Mixte d’Assainissement de Pommeuse et ses Environs (SMAPE), Guérard et Dammartin sur Tigeaux par le service assainissement de la CCBM.

Chaque propriété guérardaise et dammartinoise, raccordée au réseau d’assainissement collectif, induit à ce jour une facturation d’une redevance communautaire   de 3,80 € HT le m3 sur la consommation d’eau pour la collecte et le traitement des eaux usées.  Les stations d’épuration de nos deux communes, vétustes,  ne répondent plus aux normes en matière de rejet, de dépollution, d’environnement et en capacité.

Aussi, nos prédécesseurs élus communautaires, ont initié un vaste projet qui comprend la construction de deux nouvelles stations après la création des réseaux manquants. Nous entrons dans la dernière phase des opérations et un appel de fonds est nécessaire pour l’obtention et le remboursement des emprunts indispensables.

Le budget 2016 inclus une augmentation du prix évoqué plus haut de 1.20 € HT. Nous sommes conscients que le prix de 5.00 € HT est énorme. Nos communes présentent des particularités historiques, topographiques et de distance entre les nombreux hameaux. Ce qui explique la grande disparité du prix de l’eau entre toutes les communes de France.  Ce prix pourrait être atténué les années suivantes selon les augmentations de volumes consommés grâce aux nouveaux habitants.

Nous n’avons par ailleurs pas le choix pour différer, vis-à-vis de nos partenaires « Agence de l’Eau », Département et Région, au risque de perdre toutes les subventions.

De plus, les amendes dont le montant s’apparente aux coûts des investissements seraient dissuasives.

Je tenais à anticiper sur l’effet de surprise désagréable que constituera la réception de la facture Véolia en  2016 (La Saur pour Monthérand et le Grand Lud).

                                                                                  Daniel Nalis